Vos rêves à la con

Forum général public ouvert à tous. Venez nous passer le bonjour !
Avatar de l’utilisateur
Hamchon
Messages : 370
Enregistré le : 05 juil. 2016, 14:06
Localisation : Saujon

Vos rêves à la con

Messagepar Hamchon » 16 juil. 2016, 19:38

Faites pas genre vous vous souvenez jamais de vos rêves, soyez pas timides, et lancez-vous !

Avatar de l’utilisateur
Hamchon
Messages : 370
Enregistré le : 05 juil. 2016, 14:06
Localisation : Saujon

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Hamchon » 16 juil. 2016, 19:38

Kirling :
Il est 14h30, j'émerge dans un train en route et commence déjà à m'énerver parce que je me souviens m'être dit dans mon lit "chouette, aujourd'hui je peux me lever vers 14-15h sans souci" et que du coup j'ai rien à foutre dans ce train en direction soit de mes cours soit du boulot. Après quelques minutes, le train s'arrête à la station où je le prends en général, du coup je tripe ma race en me disant "t'as pris ton train où ???" mais en profite pour descendre du train histoire de rentrer chez moi et aller me coucher. Sorti du train, je croise mon grand-frère qui lui va le prendre pour aller bosser, il me fait un high five de ouf malade et je me tire. Je croise un vieil ami pas revu depuis bien 5 ans, il est fringué comme un champion de golf du coup je l'ignore, embarassé. Lui il me voit carrément pas, il parle au téléphone sans téléphone, bref.

Arrivé sur la route qui mène à chez mes parents, y'a soudainement ma grand-mère à côté de moi et on discute un peu. Je bouffe des flutes pendant ce temps, et mon paquet est presque vide. On croise deux vieilles mémés très sympas et je leur propose des flutes. En bouffant mes flutes, elles se transforment en deux jeunes femmes very good looking, une qui s'appelle Elizabeth, l'autre qu'on appellera Einhorn. Einhorn a l'air de vouloir ma queue, j'entend par la qu'après avoir pris une flute pour la bouffer, elle me lèche un doigt ou y'avait des miettes. Le mista lova lova que je suis lui dis "Hey, on se connait encore pas assez !" en souriant comme James Franco, parce que je me dis, oh yeah, c'est mon heure de gloire.

Nous sommes très logiquement téléportés dans le jardin de notre nouvelle maison, Elizabeth a l'air d'être la copine d'Efrim, depuis combien de temps je sais pas, et il semble qu'Einhorn soit mienne. Victoire ! On discute de comment on va faire notre maison, ce qui est bizarre parce qu'elle est déjà plus ou moins faite. Ensuite l'autre couple construit en moins de 2 secondes un 2e étage à notre maison (qui ressemble + à un vieux rectangle avec des chambres qu'à une maison) et ils me demandent ce que j'en pense. Je les vois à la fenêtre du 2e étage tout excités, sauf que les murs sont entièrement fait de plexiglas semi transparent du coup je leur fais "c'est pas un peu con ?". Ils perdent leur sourire et je les vois plus pendant 10 minutes.

Toujours dans le jardin, je discute avec un type et Einhorn du fait qu'on est dans un beau petit quartier peinard et que c'est la méga classe. bizarrement, notre maison + jardin est entourée de gros bâtiments genre vieille ville et ça donne une impression un peu spéciale, mais j'arrête d'y penser quand un ballon de foot me passe droit devant la gueule et rebondit au fond contre un des vieux bâtiments en face de la maison. Le ballon rebondit dans tous les sens, et je vois un gamin de 12 ans qui entre dans notre jardin tranquilou et qui commence à jongler avec son putain de ballon. Je dis "putain, comment un gamin arrive ici en moins de 2 secondes après qu'ils aient perdu leur ballon ??" et commence à gueuler sur le gamin qui a rien à foutre ici "Hé oh ca va la ho ?!". Le gamin se transforme en un gosse de 6 ans et se met à chialer comme une saloperie de môme.

Après être parti pour je sais quelle raison, je veux revenir vers mon pote + Einhorn et sur le chemin je réalise qu'en fait elle sort pas du tout avec moi, mais plutôt avec l'autre. Y'a donc 2 couples et moi, forever alone. Je me dis, c'est mon heure de gloire, je vais lui montrer ce que c'est un putain de mâle et elle voudra ma queue ! J'arrive vers elle, elle est assise sur un rebord, et mon pote est debout devant elle. A côté d'elle y'a un veston en cuir posé négligément. Arrivé devant elle, je contemple l'idée de m'asseoir derrière elle, mes jambes autour d'elle histoire de lui montrer qui c'est le daddy. Mais je réalise en fait qu'Einhorn est un MEC ! Paniqué je fais une blague : "he tu sais quoi, on m'a dit que je pouvais faire ça" et je m'asseoit sur son putain de veston en cuir, super fier de moi. Aucune réaction.

(deux secondes) plus tard, je suis en voiture avec Efrim, et il a l'air vachement pressé. On arrive à un feu rouge, avec une intersection de 4 routes assez bordélique. Il pète un cable parce qu'il est dans la mauvaise ligne (celle qui tournera à droite) et qu'il veut aller à gauche, donc comme un gros bourrin, il démarre et se met dans la file juste à gauche en me disant de le suivre. La je réalise que j'ai hérité d'une voiture de merde alors que lui est en 4x4, je me pose pas de question et je me mets en place pour essayer de le suivre. Sauf que cette voiture de merde, c'est limite un kart, et j'ai pas DU TOUT de place pour mes jambes, donc impossible de conduire. Les larmes aux yeux, j'essaie de conduire ce truc en regardant ou Efrim va, et je le perds de vue. Y'a deux routes à gauche, donc je sais pas laquelle il a voulu prendre, j'en prends un au bol en foncant, sans avoir peur de me faire rouler dessus parce que c'est une route de raid 10 donc y'a personne dessus. En voyant un mec derrière moi qui commence à klaxonner comme une maniaque, je me pose sur le bord de la route et essaie de penser à la situation en sortant de la voiture. Et purée, un vieux kart à 2 places, c'est vraiment de la merde. Pendant que je réflechis, je vois Elizabeth qui me passe devant, toute pensive et qui a l'air un peu paumée. Elle a des délicieux cheveux bruns tout doux qui pendent le long de son magnifique corps. Et cette conne il lui faut 5 minutes pour se rendre compte que je l'appelle. Du coup je lui explique un peu la situation, j'ai paumé Efrim, et si elle veut elle monte sur mon super kart de merde et on va le chercher. On continue de discuter et on se retrouve à côté d'une sorte de bunker avec plein de réserves dedans et surtout, du bruit. Elle demande si on peut se servir et ramasser plein de trucs, et je lui dis que non, y'a quelqu'un dedans on va se faire chopper. Ce quelqu'un c'est une petite gamine de 4 ans qui était cachée derrière une table, elle sort et la je réalise qu'en fait c'est plutot un petit gamin. Mais y'a pire, je réalise qu'en fait Elizabeth c'est Elliath (mais elle reste une fillle). Donc je lui dis de s'occuper du gamin, parce que j'ai perdu mes lunettes et que je dois aller les récupérer à la gare juste à côté.

Pendant que je me ballade en direction de la gare, je vois Elliath (le garçon donc) qui se promène en sifflotant genre tralala pouet pouet et qui balance une putain de grenade en forme de pokéball dans un coin du bâtiment communal de la ville, avant de continuer à siffloter en se barrant. Je me chie dessus, et commence à courir, en faisant bien gaffe qu'on croit pas que c'est moi quoi. Donc quand la grenade explose, je retourne et hurle très crédiblement "oh bordel de cul !" et commence à courir comme un psychopathe en direction de la gare. La ça devient l'hystérie complète, tout le monde court dans tous les coins, y'a des flics partout et je panique bien, parce que je réalise que je sius en training et que j'ai une de ces grenades dans la poche, donc si je me fais chopper, je vais douiller à la place d'Elliath, déjà que j'avais l'impression d'être un complice de son crime...

Y'a 3 flics devant la gare, et les mecs sont dépités. Je les entend discuter "comment tu veux identifier un putain de criminel, ils sont tous fringués comme des clodos ! Regarde le contrôleur là, fringué limite en pyjama, qu'est-ce que tu veux faire ? On le trouvera jamais !" Et effectivement, tout le monde était en vieux training pourri moi y compris. J'en profite pour oublier ce que j'étais venu faire là, et retourne voir la fille Elliath, toujours posée à côté de ma super voiture de compet'.

Arrivé sur place, elle se plaint de je sais pas quoi, et je l'écoute à moitié. Soit disant que j'ai 5'000 sacs poubelles un truc du genre. Je reçois plein de sms à ce moment là : un de mon pote Emile qiu me demande si je veux aller voir "l'avenue de la folie" au ciné avec lui, un message de Volca dont je me souviens plus, et deux messages d'Efrim. En ouvrant les messages d'Efrim, y'a pas de contenu, mais le background du sms est constitué de flammes animées et tout, et je me dis "merde, il est en colère et il met le paquet", j'essaie de montrer ça à Elliath la fille, mais elle s'en fout.

Plus tard, je suis posé sur un canapé avec un ami, et je lui dis "faut que je te raconte ce rêve, c'était du délire !" Avant de lui raconter, j'allume mon PC et je branche un truc d'enregistrement histoire que je m'en souvienne après, pour pouvoir le reraconter. Quand je lance l'enregistrement, j'entends la voix de Nôme en fond, je pige pas trop mais je coupe le son, tant pis. Et je commence à raconter mon histoire (en me disant qu'il faudrait que je fasse comme Pierre Bellemarre) : "l est 14h30, j'émerge dans un train en route et commence déjà à m'énerver parce que je me souviens m'être dit dans mon lit "chouette, aujourd'hui je peux me lever vers 14-15h sans souci" et que du coup j'ai rien à foutre dans ce train en direction soit de mes cours soit du boulot. "

Avatar de l’utilisateur
Hamchon
Messages : 370
Enregistré le : 05 juil. 2016, 14:06
Localisation : Saujon

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Hamchon » 16 juil. 2016, 19:40

La suite :


Je suis dans un bus d'école, tout au fond, assis avec des amis, dont une fille qui est un peu hystérique et qui a l'air d'aimer les théories du complot et tout, mais elle est jolie donc on lui pardonne. On est apparemment en direction d'un aéroport où on prendra un autre bus en direction de je sais pas où. 35 minutes de voyage environ.

Plus le voyage avance, moins j'ai de fringues. C'est HYPER chiant, ça arrive souvent et c'est pas comme si je me foutais à poil à la main. Bref, on arrive en ville à un arrêt, et la fille dont je parle avant commence à parler de l'école juste à côté qui était réputée pour être hantée. A ce moment la conductrice du bus PÈTE UN CÂBLE et se met à hurler que c'est des conneries, que cette école est tout à fait normale, et nous oblige à sortir du bus. Moi je craque parce que je suis en slip, donc je peux pas juste sortir comme ça, heureusement, fondu en noir.

Fondu en noir. On est tous devant cette fameuse école hantée et on se marre bien. Faut pas déconner, Ensuite KABOOM, toute la zone se fige en noir et blanc comme sur une vieille photo flippante, les murs sont rongés et les vitres à moitié pétées, on se chie dessus. Ensuite tout revient à la normale, l'école est un assez vieux bâtiment mais ça va quoi rien de spécial, et on rentre par la grande porte.

Arrivé à l'intérieur, on dirait un peu que c'est une pension ou je sais pas quoi. T'as pas mal de gamins de notre âge (de gamins ? wtf ? J'ai quel âge?) qui circulent, et on s'arrête dans une grande salle de jeux. Devant nous se dresse une table avec une carte du monde dessus. C'est sympa, ils jouent à Risk ou Warhammer avec et tout. Bon la carte est un peu bizarre, la suisse est au nord au bord de l'eau, et ... je sais pas y'a quelque chose dans cette map qui me convient pas (notamment le fait que ce minuscule continent soit entouré d'eau ! qu'est-ce qui est arrivé au reste de l'Europe ?)

Image

Fast forward au dortoir avec des lits à étages dans tous les coins, et des tables avec des PC contre les murs. Y'a un mec avec une sale gueule de petite pute qui discute avec nous, et qui drague la nana d'avant que j'identifie apparemment comme ma copine. Pour me faire chier, elle s'avance vers lui en faisant seblant de faire des bisous, et moi je me fais "WTF putain de merde je vais faire des 3 points avec sa tête". Apparemment il rigole, tant mieux pour lui, je suis une machine de guerre moi. Je range mes affaires et trouve des trucs BIEN LOUCHES dedans, je me souviens plus précisément mais c'est le genre de trucs, si tu te fais chopper tu te fais virer par le directeur quoi. Et la je réalise que "merde, on fait partie de cette école ou quoi ? On est rentré visiter y'a 5 minutes !" mais si ça se trouve il s'est passé beaucoup plus que ça.

Mon lit, bah il est superbe mon lit. Vous voyez les radiateurs accrochés au mur ? Ben je prends mon radiateur, je le "déplie" pour qu'il soit à l'horizontale, et je me couche dessus. C'était mon lit. Ma copine trouve ça drôle, moi moins.

Après ce petit fail, je me relève, et tel le dieu de l'amour, tel Juliabell sous viagra, je chuchote à l'oreille de cette nana qu'au final je connais même pas "tu voudrais pas aller prendre une douche ?". Comprenez par la "tu veux niquer ?"

Note : à partir de là, c'est bien d'avoir une map de la zone histoire de comprendre ce qui se passe. Fiez-vous à cette map qui reproduit le parcours qu'on fait :

Image

Elle sourit comme une petitemignonne et me prend par la main. La je suis WTF je vais niquer ! Et elle m'emmène dans le couloir où on était entré. Dans un coin, il y a un vieux carton avec une fissure au milieu (un peu comme une trappe pour les chats qui entrent / sortent des maisons si vous voyez l'idée) et elle se jette dedans rapidement. Je la suis dans ce passage secret, réalisant que si on se fait chopper on est cuit, et on émerge dans un couloir très classe, avec des petites colonnes, un tapis rouge, et tout et tout un peu comme cette vidéo :

https://youtu.be/2zIuiVop1L4

Sur la droite, un garde qui patrouille dans un couloir, sur la gauche, un autre couloir où ma biatch m'emmène. Et la c'est le grand moment Solid Snake. Je vous explique : y'a des petits murs à gauche ou on peut se planquer, mais y'a des vagues entières de mecs qui traversent la pièce à partir d'un portail situé à l'extérieur. En gros, on doit se cacher derriere un mur, et avancer dès que le mec est suffisamment loin sans qu'il nous voit. Bon c'était buggé, 50 fois le mec m'a juste VU mais aucune réaction. Heureusement je me dis, si je dois faire ça à chaque fois que je vais niquer, c'est épuisant.

Arrivé hors du bâtiment, il fait tout vert, y'a de l'herbe partout et une forêt au nord. Le portail disparait, vu qu'on a complété le gauntlet. Ma copine décide de se transformer en chat, histoire d'être plus discrete, et me demande de faire de même. Sauf que je savais pas, donc j'ai pas ce qu'il faut. Après 3 heures de recherche dans mon inventaire, je tombe sur l'item qui me permet de me transformer, je cherche un animal au sol qui ferait l'affaire, et tombe sur un écureuil. Parfait ! Un chat et un écureuil s'avance donc vers la zone VIP de l'école, juste au-delà d'une petite rivière. En fait c'est les douches, les douches VIP ? Tout à coup il fait nuit. On entre dans la petite cabine de douche...

Et on arrive dans une sorte de vieux bunker space, de la taille d'un petit appartement. Y'a les douches juste à côté, mais plus au fond y'a des ordinateurs, et y'a même des mecs assis là-bas, qui bougent pas, comme si c'était des statues et tout. Mais je sais qu'ils nous surveillent ... putain je flippe. Elle prépare je sais pas quoi et zou on est à poil. Elle m'emmène dans une des cabines de douche, et ensuite me fais "je reviens une seconde" et moi j'ai une réaction genre "nooooooon fais pas ça !" mais elle part et
laisse la porte entr'ouverte, et va au fond de la pièce, où une porte s'ouvre derrière elle. Je panique comme un sale, et le mec qui faisait la statue à côté arrive et me fais "téléphone pour vous répondez vite" en me filant un smartphone. Je réponds "allo ?" et j’entends une voix avec un sale accent germanique qui me demande "alors vous trafaillez pien fos ekssamen?" et je lui fais très calmement "oui absolument". Il me réponds "bien zur" et raccroche. Je chie 3 briques et j'ai 2 hommes de main qui m'entoure, moi et ma bite. Parce que oui, je suis totally naked à ce moment-là. Je veux lui rendre son téléphone, et voit ma gonzesse qui a grimpé en haut de de la remorque d'un camion, elle me regarde inquiète limite en pleurant, et je fais comme si elle était pas la, like a boss, pour pas lui attirer des ennuis.

Voyant que les deux hommes de main sont déconcentrés, je jette mon smartphone au ventre du premier (qui est chauve, comme dans Final Fantasy 7), et commence à courir tout nu comme un maniaque hors du bâtiment et en direction de la forêt. Ma première pensée est que ce serait vachement bien que je puisse me transformer en écureuil ou tout autre bestiole, mais, étant totalement à poil, je n'ai plus ma pièce d'équipement qui me permet de le faire. Grosse panique. Je sprint en direction de la forêt, et commence à courir vraiment vite, genre VRAIMENT VITE. Je réalise que je me transforme plus ou moins en léopard sans même avoir besoin de ma pièce d'équipement. Je suis méga fier, mais pas encore sorti d'affaire. Je sprint dans la forêt le long d'un vieux chemin en caillou et ma vision se blur, comme quand le faucon millénium entre en hyper espace, vous voyez l'idée ?
Je cours tellement vite qu'en fait je saute, je fais 10 mètres par saut, et je me souviens bien de la sensation d'appuyer sur le sol une petite fois pour me projeter vers l'avant comme un malade.

Après une longue fuite, je me dis je suis safe, et j'arrête mon voyage en hyperespace pour être surpris par le chauve qui je ne sais pas pourquoi. Le mec est visiblement très en colère et il a un gros bout de bois taillé au bout, prêt à me défoncer. Au moment où il attaque, tout coupe et il fait noir. Quand je suis à nouveau apte à voir quelque chose, je vois ce mec attaché à une sorte de lampadaire, avec un corps (tête , torse, et 2 bras) de robot au dessus qui le regarde. J'entends un "splotch", celui du mec qui me poignarde avant le blackout, sauf que je vois ce mec, attaché au "lampadaire", qui se touche le ventre et le dos, et du sang qui commence à se former et à couler d'une plaie imaginaire. Le mec meurt en quelques secondes. Après ça, la "caméra" se dirige plus haut vers le robot qui semble faire une danse de la victoire. 2 grosses horloges roulent vers lui, s'arrêtent net, il pose ses 2 bras de robot dessus et le générique du dessin animé retentit brutalement, taratata.

Avatar de l’utilisateur
Hamchon
Messages : 370
Enregistré le : 05 juil. 2016, 14:06
Localisation : Saujon

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Hamchon » 16 juil. 2016, 19:40

Kirling :
Je suis dans un salon bien ensoleillé aveec pas mal de gens, apparemment en train de préparer un sac ou je sais pas quoi pour partir faire une trotte avec des gens. J'ai mon téléphone et je suis en train de regarder qui a essayé de m'appeler pendant la nuit. Ca me prend 3 heures parce que je suis un mongole, une madame me propose de regarder à ma place je l'envoie plus ou moins chier et la dans le mec qui m'a appelé je lis "Wauters" et je me dis "d'ou il m'appelle ce connard ?"

Ensuite le sale Wauters il arrive et il commence à se marrer et à raconter des conneries en se lavant les mains dans le lavabo de la cuisine. On rigole un peu, avant que Juliabell arrive, lui et ses 50 smartphone. Il les pose sur son lit et se barre, donc j'en ramasse 2 et je commence à faire le con avec. Tout est en allemand donc je comprends rien j'écris vaguement "salut" sur un des écrans, et Julia me dit "mais non c'est pas de l'allemand c'est du néérlandais couillon".

Après ça il a l'air super agité et il me dit "j'ai croisé un ivrogne dans la rue et le mec était trop con il m'a raconté un truc qu'il a appris sur la beta de Pandaria, et j'étais mort de rire je te raconte tu vas aimer" et la pour exprimer les paroles du mec il prend une grosse voix de mongole bien lente et tout et me raconte qu'en gros le mec a vu que dans Pandaria on aura des sièges de toilettes customisés. Et la il me montre une image d'un Tauren sur les chiottes et je suis juste mort de rire parce que l'arrière du siège il fait genre 3 km de haut avec un superbe écusson bleu clair au dessus, et le mec est au milieu de la forêt et tout.

Avatar de l’utilisateur
Hamchon
Messages : 370
Enregistré le : 05 juil. 2016, 14:06
Localisation : Saujon

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Hamchon » 16 juil. 2016, 19:40

Kirling :
1ere partie:

Je suis à l'école avec tous mes potes de l'école d'il y a 15 ans. Pour une raison que j'ignore, un groupe de 2 mecs s'amusent à me cogner la gueule dès qu'ils me voient. Pas d'ultra gang bang de fou, juste un des deux me croise, il me caillasse la gueule puis se casse comme s'il allait s'acheter des croissants. Aucune raison rien, bref.On se retrouve en cours, et le prof s'amuse bien, parce que la cloche de fin a sonné depuis 5 minutes et il parle toujours. Je me retourne et vois qu'un ami s'est déjà barré à la sonnerie surement pour pas rater son bus, donc je commence à mouiller mon slip en me disant que je vais rater le mien (les bus d'école c'est pas les bus normaux, y'en a un et c'est tout). Le prof fait soudainement "bon, on continue !" et la je m'exclame joyeusement "bon ben moi je me taille !" en prenant mes affaires. Le prof a l'air un peu circonspect et me répond un truc amusant dont je me souviens plus, ce à quoi je réponds en refermant la porte derrière moi "a toute ma louloute" ou un truc totalement con du genre. Et en partant je me dis que le mec, il doit un peu me détester.

Je me speed d'aller chopper mon bus parce que c'est la panique, si je le rate je suis un gamin de 12 ans à 10km de chez moi sans rien à manger. Je précise ici que je rêve très régulièrement de trucs stressants comme le fait de rater un bus, de rater un cours, ou de rater l'entrainement de foot, toutes ces choses que je ne fais de toute façon plus. Je saurai pas trop dire pourquoi je rêve de ça si souvent, surement des symptomes d'insécurité et tout le blabla. Ah oui et je croise mes archennemis sur le chemin, mon bourrin fait genre il m'a pas vu, et soudainement surgit par derriere et m'en colle une dans le nez, puis se casse en rigolant. Fils de pute.Mon bus est là, mais je mets 30 secondes à réaliser lequel est le bon, grâce à des textes super high tech qui s'affichent sur le côté du bus (le bus a le numéro 3, c'est mon bus actuel ici à Fribourg mais c'est écrit prochain arrêt La Sarraz, chez mes parents. Wut). Y'a donc un putain de monde dedans, je me pose et commence à fondre de panique en imaginant que les 2 trou du culs d'avant soient dans le même bus que moi : après tout, ils vivent tous les deux dans le même village que moi. Mais non rien, personne.

Flashforward on revient en cours, je discute avec un ami, et je lui parle des deux connards qui arrêtent pas de me défoncer. Apparemment, je SAIS pourquoi ils font ça, et donc j'explique à mon pote Roger (oui putain, Roger, et il existe, il est pompier maintenant ahah) : "en fait tu sais l'autre jour à la gym, y'avait Pablo ****** (je masque son nom par principe, je suis trop cool), tu sais ce mec super gentil, qui a jamais fait chier personne, super sympa et tout... ben il s'est viandé la gueule, et moi je me suis marré comme un con. Et je crois que ces potes ont décidé de me le faire payer" Aucune réaction de Roger, je sais pas pourquoi je m'attendais à quoi que ce soit, j'ai toujours été entouré d'abrutis à l'école, surtout qu'apparemment y'a que les cancres qui apparaissent dans ce rêve, et pas les mecs à peu près intelligents avec qui j'étais réellement.

On arrive dans une nouvelle classe, remplie de fucking kids de 8-9 ans, et j'ai plus 15 ans mais 26 ans. Tous les gosses sont assis et nous regardent comme si on allait les soulever de leur chaise et les défenestrer juste pour le fun. Ils sont un peu perdu, et j'avoue que moi aussi pour le coup, j'aimerais bien savoir ce qu'on fout là. Sur ma gauche, un gamin avec des cheveux gris m'appelle discretement, et quand je me tourne vers lui il me fait un regard pervers en faisant oui de la tête en se marrant. Ca fait référence au fait que plus tôt, j'avais vu ce gamin autre part et qu'on avait bien rigolé en regardant des nanas super chaudes se promener. Je crois, un truc du genre. Bref c'est rigolo. Ensuite une prof arrive, apparemment on doit aider des gamins aujourd'hui, donc elle propose que chacun choisisse un gamin et s'asseoit vers lui. Je me prépare à aller voir mon gamin aux cheveux gris parce qu'il est cool, mais un trou du cul me le pique, donc je vais vers une autre table, demande au gamin si je peux me mettre la, et hop. Il est seule à une table pour deux donc c'est pratique. Je relève la chaise qui était par terre et il se chie dessus en me disant que la chaise grince et qu'il faut faire gaffe. Il passera les 5 prochaines minutes à me dire "vas y !" pour que je bouge la chaise au moment où la prof parle pour faire le moins de bruit possible.

Donc la prof nous donne des puzzles à faire. Attention pas des puzzles de pédé, elle nous donne des grosses pièces et on doit reconstuire un truc avec. Le gamin me demande si j'ai déjà construit une tour eiffel, je lui réponds rien de spécial et je change de sujet en lui montrant les divers pièces de puzzle. Je prends la principale, une pièce dans laquelle on pourra imbriquer toutes les autres et lui expliques : "tu vois ça, c'est l'axe X, ici on a l'axe Y, et la finalement tu as l'axe Z, tu as compris ?`" Il répond oui, sauf qu'il a rien capté il a 8 ans. Heureusement tout ça est interrompu par du bruit dans le couloir, qui fait blanchir le visage de ma prof d'un coup, comme si c'était tous ses ex qui se ramenaient pour la gang bang ou un truc du genre. C'est le gros bordel, et tout le monde commence à demander ce qui se passe. Finalement la porte s'ouvre, et le transformer-goldorak rouge vient nous dire qu'un vol a été commis ! Soudainement le transformer-goldorak jaune arrive et avoue que c'est lui, il se fait engueuler devant une classe entière de gosse par son pote, genre comment tu te permets de devenir invisible, et pourquoi t'as volé un sac à main gros mongole,etc etc. Ensuite je dis "il a vraiment une sale gueule avec son stuff T12 de merde" et tout le monde me regarde.
2e partie (je crois):

Je suis plus ou moins endormi dans mon lit dans l'ancienne chambre que j'avais dans mon appartement- Je rêve-me souviens vaguement de la 1ere partie, mais je lis un papier écrit par le gamin de la classe d'avant qui me précise qu'il me remercie pour l'aide que je lui ai apporté et qui me dit qu'il a réussi sans moi à terminer son puzzle. Je réalise que j'ai été dans une sorte de coma pendant quelques temps, et le temps de me réveiller j'entends un bruit de moteur bizarre, donc je me cache sous la couverture par réflexe.

Arrive un jouet, une moto, qui se promène tranquillement dans mon appartement. En plus de chier des briques, je me demande comment c'est possible qu'un jouet se promène comme ça sans être piloté par un schtroumpf. La moto-jouet monte un escalier (me demandez pas comment) qui n'existe normalement pas dans mon appart, et là je me lève et me dis "Ouh toi salope, je vais te baiser !". Je me cache à côté de l'escalier, entend la moto redescendre, et la choppe en bas et la pète facilement en morceau.

Là je suis bien fier, sauf que ça dure pas. J'entends de nouveau du bruit, de pas cette fois. Je fonce vers la porte d'entrée de l'appartement, qui est ouverte. Je cherche les clés, mais avant de pouvoir la fermer puis la fermer à clé, y'a un grand mec en slip de 35-40 ans qui entre, ferme la porte derrière lui et me pousse vers ma chambre.

Là il m'explique très calmement qu'il est venu pour mon cul, que c'est pas la première fois (et là je me dis, merde quoi, pendant que j'étais dans le coma c'est pas très sympa), et que je peux en tirer bénéfice, parce qu'à chaque fois qu'il va venir, on va m'ouvrir dans la ville un espace de jardinage supplémentaire. Le truc c'est que je m'en fous un peu du jardinage, mais ça ça intervient pas vraiment dans mes pensées sur le moment. Je pousse ce vieux trou du cul sur mon lit et je fonce à la cuisine chercher de quoi lui embrocher la bite. Je me ramène dans le couloir avec trois couteaux et deux casseroles. Je lance les couteaux comme une merde, et évidemment ça lui fait rien du tout. La il rigole et sort un pistolet. Il me reste 2 casseroles vs un flingue, ça va le faire. Je jette mes casseroles comme un ninja du futur, et lui se met à tirer... des boules de gommes ou je sais pas quoi. En réalisant que son flingue n'est pas une menace, je suis pris d'un courage flamboyant et lui rush la tronche, le plaquant contre mon lit.

C'est là que je réalise que c'est plus un mec mais une superbe rousse qui déchire tout. A ce moment-là je lui explique que ça va chauffer pour SON cul cette fois, et qu'on va voir si elle est fan de jardinage. Elle a pas l'air très très contente, mais bref.

Fastforward (oui, même pas eu l'occasion de vivre ce grand moment) sur une image fixe style table de craft Minecraft où on voit plein de planches de bois s'afficher. Le mot de la fin appartient à ma belle rousse : "tu fais genre tu détestes ça mais ensuite tu t'éxecutes hein".

Je me retrouve plus tard tout seul dans mon appart. Etant un gros stressé de la vie et ayant failli prendre cher plus tôt, je vais vérifier que ma porte est bien fermée à clé. Elle est fermée, comme un abruti je prends la peine de regarder dans le Judas, histoire d'être parano à triple. Et là je vois un visage de black super venere qui me regarde DROIT DANS LES YEUX malgré le fait que je suis derrière une porte à regarder dans le petit trou. Sa haine me détruit littéralement de l'intérieur, je me mets à suffoquer, courir à droite puis à gauche comme si ça allait me sortir de mes emmerdes, puis je m'écroule.

Avatar de l’utilisateur
Hamchon
Messages : 370
Enregistré le : 05 juil. 2016, 14:06
Localisation : Saujon

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Hamchon » 16 juil. 2016, 19:41

Kirling :
Je suis sûr que ça vous manquait un max, alors on est reparti.

Tout d'abord, un peu d'exposition, sachant que le tout se passe sur deux rêves différents dont un très vague et long et l'autre très clair et court. Pour le vague, ça va être vague mais ça présente au moins le truc :

On est un petit groupe de survivants enfermés dans un appartement. Je dirai un peu plus d'une dizaine de personnes, mais pas beaucoup plus. Le monde a été victime soit d'un truc nucléaire, ou d'une invasion de zombie, ou d'autre chose, mais dans tous les cas, on peut plus vraiment sortir sans risque, et du coup je reste personnellement dans l'appartement pendant toute la première partie du rêve. Y'a de grosses tensions dans le groupe, apparemment lié à pas mal de trucs sexuels, parce que je me souviens assez clairement de voir beaucoup de gens dormir ou dans des lits, et des regards bien secs en coins, ce genre de trucs. Je me souviens aussi d'un mec que j'aimais bien qui est parti de l'appart pour aller chercher du matos, et qui m'a mis sur la tête son chapeau haute forme dégueulasse genre "je le récupère à mon retour". La je réalise que je suis dans les bottes d'un gamin de 15 ans à peu près vu l'excitation générée par ce chapeau ridicule. Quelques jours plus tard, deux mecs qu'on avait totalement oublié reviennent couverts de sang d'une expédition, et dans la cage d'escalier je regarde et je vois que mon pote les suit pas, quand je leur demande où il est ils baissent la tête en faisant non et je cours dans ma chambre pleurer avec une autre gamine qui aimait bien le type, apparemment.

Il se passe plein d'autres trucs dans l'appart, le rêve était super long et complexe mais je me souviens pas clairement du reste.
Voilà pour le setting, maintenant on arrive sur un rêve largement plus précis qui suit le précédent. Accrochez-vous bien parce que je switch de personnage très régulièrement au point où je suis même plus sûr moi-même de qui je suis.

On est tous replacé dans un évènement du passé censé être le déclencheur de la crise, de l'apocalypse, du truc, je sais toujours pas quoi. Il neige, et il neige beaucoup, en plus de faire nuit, on y voit pas grand chose. Je me retrouve dans un tank accompagné d'une sorte de général de l'armée, et on suit d'autres tanks en direction d'une base ennemie avec devant elle un GIGANTESQUE machin, une sorte de mecha tank du futur armé jusqu'aux vis. Le général explique quelques trucs, rigole quand un mec lui demande "pourquoi vous êtes dans un tank de merde vu le truc qu'il y a en face ?" en expliquant que ça fait partie du processus militaire actuel d'aller défoncer ce truc, que son tank est actuellement le plus avancé en terme de technologie et qu'on a juste affaire à un machin venu d'on ne sait où et qu'on doit s'en débarrasser.

Je me retrouve ensuite dans un plus petit tank, chargé de détruire le gros mecha. Pour tirer un missile depuis ce tank c'est simple, faut en sortir, réaliser que le tank fait à peine votre taille, ouvrir le panneau téléphonique, taper 2-3 chiffres pour indiquer la direction puis appuyer sur le gros bouton pour tirer. Je fais ça quelques fois, puis le mecha s'arrête et un type en sort, avec un flingue. La je réalise que je suis toujours le gamin que j'étais avant mais genre que j'ai 12 ans cette fois. Le mec pointe son gun vers moi en s'approchant, et je vois que tout le monde est sorti de leurs véhicules et s'approchent aussi en me regardant silencieusement. Je crie "flingue !" et un type à ma gauche me lance un pistolet que je pointe directement à la gueule du type, dans une tension à se péter le bouchon.

Petit à petit l'environnement se transforme et on se retrouve tous à table dans l'appartement, toujours les deux guns pointés et tout et tout. Soudainement j'ai une réalisation atroce, c'est pas comme ça que c'est censé se passer. Je me retrouve à être à la fois comme un mec qui regarde une série pendant la saison 5 et qui retourne soudainement au pilote de la saison 1, tout en étant un des personnages de ladite série, ce qui fait que je comprends plus grand chose. Mais ce que je comprends, c'est que si je tire sur le mec en face de moi et le tue, je change TOUT ce qui s'est passé dans cet univers, sachant que normalement au tout départ ce type survit et fait plein de choses, je crois, peut-être ?

Je tire. Je rate le mec, tout le monde me regarde tendu comme des bites, sachant que si je tue ce mec, je bouleverse l'univers d'une manière pas imaginable. Le type a pas l'air inquiet et a baissé son arme, comme s'il savait qu'il DEVAIT survivre puisque c'est comme ça que ça doit être.

Boum. 2e coup tiré, droit dans le front, le mec s'écroule sans un mot dans la salle. Peu après, une femme (la trentaine) assise la main contre les lèvres se met à pleurer comme une madeleine, surement sa femme, sa mère, j'en sais rien. Je lui lance mon flingue sur les cuisses l'air de dire "voila c'est fait, heureuse ?", et m’assois. Les gens savent pas trop où se mettre visiblement, j'ai perturbé l'équilibre du monde, j'ai tout foutu en l'air, et je me demande sur le moment si c'est pas à cause de moi finalement que la fin du monde est proche, et si j'ai vraiment changé l'avenir ou si j'ai simplement raté ma chance de sauver le monde et tout foutu en l'air. Pendant que la philosophie s'empare de moi, un type qu'on appellera Mark se lève, tue la femme, tue 2-3 autres types, pose son flingue, se tourne vers nous et nous fait "bonne nuit les gens".

Plus tard, toutes les personnes tuées se retrouvent dehors dans l'herbe, et je les vois en vue de dessus comme dans un film. L'un d'eux, plutôt vieux, commence à se réveiller en grognant, et tous les autres suivent. La je flippe en me disant C'EST DES ZOMBIES ILS SONT MORTS ET SE RELEVENT croyant que tout s'explique, sauf que chacun se réveille normalement en se demandant un peu ce qui se passe. Ils sont interrompus par Mark qui se jette sur eux en hurlant, super fier de lui. Apparemment c'était des fausses balles, enfin des vraies mais fausses et maintenant qu'il nous tient (oui soudainement je fais partie du groupe) il va pouvoir faire de nous ce qu'il veut. Soit.

Il nous guide fusil de chasse en main vers les hauteurs d'une montagne totalement enneigée et on arrive près d'une sorte de champ géant où y'a plus du tout de neige. En me promenant dans des plantations pas trop hautes (hauteur du genou on dira), je sens des petits trucs super louches se balader, on dirait que ca fourmille, j'entends des "gouigouigouigngngiggi" et je commence à sincèrement me chier dessus. On arrive, moi, lui, et 2 autres types au bord de la plantation, vers un cours d'eau, et Mark s'arrête. Il commence à menacer le mec qui est tout devant lui (je suis tout derrière) et lui crie "TU VEUX VOIR ? TU VAS VOIR !". Il jette une branche de bois dans l'eau et soudainement la plantation s'agite comme jamais et des milliers de créatures immondes sortent et se jettent sur la branche, avec une telle force de masse que je me fais pousser et foutre les pieds dans l'eau par la vague. Les créatures ressemblaient si vous voulez à un mélange entre un bébé mutilé qui a maturé à l’adolescence sans avoir augmenté de taille et des tortues super bizarres et décrépies. De la belle saloperie en gros. Mark nous explique qu'on va devoir faire attention à ces bestioles pendant qu'on travaille dans les champs et plantations et nous renvoie à la maison pour la nuit.

A ce moment, je me demande absolument pas pourquoi ce mongole nous kidnappe pour ensuite nous laisser partir, je suis trop pris dans le moment vous savez. Je me dis juste "oh putain on est juste tellement foutu", et suis interrompu quand le mec devant moi arrive dans la neige et se fait agresser par des zombies et des nérubiens. On commence tous les trois à courir le plus vite possible pour échapper à ces horreurs quand on réalise qu'un mec nous tire des flèches dessus depuis un phare qui était sur le chemin. "Putain un vieux con qui en rajoute" me dit mon pote.

Arrivé en bout de course, on se retrouve à dévaler la plus grande pente que vous avez vu de votre vie. Vu que c'est enneigé, c'est un peu l’équivalent d'une piste de ski hardcore, avec une pente entre 60 et 70 degré d'inclinaison donc amusez vous bien. Mon pote tombe et se met à glisser comme un savon sur la droite et je le perds de vue. En paniquant, je tombe aussi et je glisse la tête la première en dévalant la pente à une vitesse vertigineuse. 30 secondes après le début de la descente, on commence à discerner un bloc tout en bas, l'immeuble ou on habitait avec le groupe d'avant sans doute ! Le seul problème, c'est que des Boeing 747 s'écrasent à angle droit sur la pente, au rythme d'un toutes les 15 secondes, suffisamment décalés pour apprécier l'horreur de ce qui se passe au-dessous de nous. C'est l'apocalypse, je le savais. Évitant les flammes, les morceaux d'avions, les zombies et tout le bordel, cherchant mon pote, je crie "je t'ai, bro !" alors qu'en fait, je l'ai pas du tout. Arrivant bientôt au bout de la course, je me retourne et accroche mes doigts dans la neige, en essayant de ralentir ma chute au maximum. Je finis par avoir les doigts totalement bousillés au vu de la violence de la scène mais on arrive en bas sain et sauf. Il fait toujours nuit, y'a des hurlements, du sang, du feu, de partout, et au moment où on se relève pour rentrer dans l'immeuble et aller se réfugier chez nous, on croise un Mark souriant qui sort de l'immeuble et qui nous fait "ça va les gars ?" puis s'en va en sifflotant.
Au réveil, je me sens comme une merde pendant des heures, et j'ai toujours pas compris si j'ai changé les choses en butant le mec ou si je les ai fais continuer dans la merde, et pourquoi y'avait 2 Mark différents dans l'histoire, un vieux salaud esclavagiste et un jeune mec super sympa.

Avatar de l’utilisateur
Hamchon
Messages : 370
Enregistré le : 05 juil. 2016, 14:06
Localisation : Saujon

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Hamchon » 16 juil. 2016, 19:41

Kirling :
Ça faisait un bail je sais !

Je suis dans ma chambre tranquillement avec mon chat, posé dans mon lit, quand j’entends des hurlements d’une gamine dans le couloir en dehors de l’appart. Je tends l’oreille et la gamine est vraiment limite en train de se débattre, pendant que sa mère lui dit « on va déménager ça ira mieux promis ». Je suis collé contre ma porte à regarder dans le Judas, et je vois une ombre qui s’approche de la porte, qui frappe dessus comme une sourde (qui toc à la porte quoi) et la je sursaute en faisant un petit « huueee » embarrassant. Evidemment tout le monde m’entend. Je termine d’enfiler mon t-shirt megaman (je me souviens spécifiquement de celui-ci) et j’ouvre.

Devant moi se tiennent probablement 10 personnes d’une vingtaine d’années, des filles et des garçons. Aucun signe de la mère ou de la gamine qui gémissait. Ils m’expliquent qu’ils se tirent d’ici et qu’ils ont besoin d’un coup de pouce pour je sais plus quoi. Je leur dis de patienter 2 minutes, je vais chercher du matériel (???) et j’arrive. Je fonce dans ma chambre, je passe sous le lit et je cherche une boite tupperware qui contiendrait ce dont j’ai besoin. Et bordel je la trouve pas, elle est juste plus là alors que je me souvenais l’avoir foutue près de mon lit. Pendant que je cherche, les gens se pointent dans l’appart comme si c’était chez eux, une des filles m’explique ce qui se passe entre la mère et la fille et me dit « c’est la famille » et je lui réponds « tu sais si ta famille est blindée d’abrutis tu peux le dire ». Au moment où je le dis, je vois son père juste derrière qui me regarde comme si j’étais la dernière des merdes. Oups. Toujours en cherchant mon bordel, je réalise que mon chat a disparu alors qu’elle était planquée là y’a deux secondes. Dans la panique qui s’installe, je retrouve ma boîte tupperware, je l’ouvre en courant vers l’entrée, et dedans y’a 2-3 slips sales écrasés les uns sur les autres. Super utile.

Arrivé à la porte, y’a deux des garçons qui sont assis au seuil l’un en face de l’autre ,et je me mets à gueuler comme un enculé « vous avez vu un chat passer ? » celui de droite me répond en se marrant « ouais je crois je sais plus lol ! ». Je le prends par le col en l’agressant, il me dit qu’il sait où elle est et on se dirige à l’étage du bas. Il ouvre la porte arrivé en bas comme si c’était chez lui, on voit une nana un peu paniquée dans l’appart qui nous explique qu’un chat est venu là, a sauté par la fenêtre et était blessée probablement morte. Je me chie courtoisement dessus en paniquant et en répétant « non non non » comme si j’étais dans un casting pour Gravity. Finalement, deux chats émergent du placard, dont mon Elliot. Je crie son nom en allant vers elle, elle se laisse pas attraper. Elle fonce en direction de la sortie et je hurle à l’autre gars « ATRAPPE LA BORDEL ». Finalement c’est moi qui la chope et elle est pas contente, super paniquée limite elle me reconnaît plus. Je regarde ses crocs, et purée, y’a un truc dégueulasse dessus, un espèce de liquide orange qui coule quand elle hisse, ça fait bien flipper et c’est quand même super inquiétant.

Fast forward au lendemain apparemment, je suis de nouveau dans mon lit, et ça sonne de nouveau à la porte. Je dis « j’arrive 2 minutes » et je fonce m’habiller. Et purée, en général je prends ce qui traine mais là il m’a fallu bien 5 minutes pour m’habiller, sans trop savoir pourquoi. J’ouvre finalement, et je vois la mère avec un truc dans les mains, et c’est sacrément une milf la madame, je me rappelle avoir pensé tout haut « je la baiserais probablement si je pouvais ». Apparemment elle voulait m’offrir un truc pour me remercier de mon aide, ce qui est très con puisque dans mes souvenirs j’ai aidé personne. Je fais attention cette fois de bien fermer la porte derrière moi pour pas qu’un chat s’échappe ou autre, et au lieu de me retrouver dans le couloir du 6e étage de mon appart, je me retrouve dehors en bas de l’immeuble, au soleil à discuter avec des gens qui font probablement tous partie de la même famille.

Pendant notre conversation, je vois mon colloc émerger avec la tronche d’un mec qui a pas assez ou trop dormi en faisant un espèce de « euhm » les yeux à moitié ouverts. Il sort et va en direction d’une des filles qui lui fait des signes. Et le con, il est juste en slip. Il se permet de se gratter le cul en passant évidemment, parce que faut faire les choses avec classe. Rien d’intéressant se passe pendant quelques minutes, jusqu’à ce que mon colloc, la fille avec qui il discutait et d’autres personnes se mettent à regarder en l’air genre c’est quoi ce truc. Il me fait un signe qui me dit de me pointer, et je me mets en route sans trop savoir. Il est dans l’herbe et moi je suis pied nu, donc hors de question de marcher là-dedans (oui, grande logique), alors je fais le tour sur le béton. Arrivé à un coin, une nana fringuée comme une demeurée avec genre des lunettes high tech sur la tête et un bonnet en plein été s’encouble devant moi en sortant de l’herbe, se casse la gueule et se met à gémir comme si le monde était en train de s’arrêter. Je fais semblant de pas l’avoir vue, j’arrive à destination et je lève les yeux pour regarder ce qui se passe.

Le spectacle qui s’offre à moi est assez spécial, plein de petites étincelles, étoiles filantes ou dieu sait quoi qui s’emballent dans le ciel en faisant des trajets suffisamment ordonnés pour que ce soit pas naturel. Tout le monde est sur le cul, et moi ma première réaction de couillon c’est de sortir mon iphone pour filmer le phénomène. Le temps de relever la tête de mes poches, il fait nuit NOIRE, on voit soudainement plus rien, les paillettes / étoiles filantes ont disparu, et le silence est interrompu par ma mère qui me dit « qu’est-ce que tu fous avec ton truc là c’est ridicule ». Je lui réponds « je m’en fouuus » mais j’arrive absolument pas à me servir de la vidéo de toute façon. Et tout a disparu donc y’a plus rien à filmer.

Sauf qu’en fait, on distingue des silhouettes dans le ciel malgré l’obscurité. Des silhouettes en forme de soucoupe volantes assez classiques, mais de quoi paniquer salement quand même. On réalise ce qui est en train de nous arriver, qu’il fait tout noir, qu’on voit plus rien. Toute la famille d’avant semble avoir totalement disparu, et ça pourrait bien être la fin. Je crie autour de moi « touchez moi, faut pas qu’on se perde » et on essaie tous de faire une espèce de chaine pour pas se perdre dans le noir. Je vois des espèces de tête hideuses à 1 m du sol, enfin je vois, façon de parler il fait tellement noir. Je m’approche d’une de ces têtes, et de près c’est rien de spécial, en me retournant pour aller vers les autres, une nana me hurle « DERRIERE TOI ». Je me retourne en cognant comme un kangourou désordonné, je touche un truc qui tombe dans l’herbe haute, on sait pas du tout ce que c’était, mais c’est le signal, tout le monde se met à courir et hurler avec toujours les vaisseaux au-dessus de nos têtes qui se baladent et nous matent sans bruit. On fonce direction le bloc d’appartement, sauf qu’on constate que des murs ont été dressés autour de nous. Des murs dignes de Doom 2 avec une texture d’ossement vraiment moche, et bizarrement ça fait encore plus flipper que si c’était des vrai os, je sais pas pourquoi. On tape tous contre le mur pour le faire tomber et passer, ce qui marche étrangement vite, et on se retrouve dans un passage super étroit fermé à droite par le mur d’ossements, et à gauche par une palissade en bois classique.

Ce couloir semble en fait être un espèce de gauntlet, y’a d’autres humains dedans mais ils ont pas l’air si humains que ça : regard vide, du sang partout, des armes blanches dans les mains. Et les trucs se dirigent sur nous très lentement pendant qu’une musique super sympa de pop s’active, pour une ambiance encore plus flippante qu’elle l’était avant. Une première personne essaie de passer l’obstacle et se fait découper en deux. La deuxième se fait projeter contre la palissade, et reste pliée en deux au-dessus, froide. Si les gens étaient pas assez paniqués, tout le monde se met à foncer comme des malades au travers de ce gauntlet et je suis ce que je peux, esquivant chacun leur tour ces espèce d’anomalies de la nature avec leurs couteaux, leurs lances, leurs scies, etc. Leur regard est définitivement plat, et avec les soucoupes volantes toujours au-dessus de nous, il suffit de deux secondes pour deviner qu’ils sont sous contrôle.

Arrivé à la moitié (j’estime) d’un chemin qui semble infini, y’a des têtes qui se dressent lentement côté gauche sur la palissade. Au début on voit un crâne blanc hideux avec des rides partout et on s’attend à l’alien classique (surtout que c’est la même structure que les espèces de têtes qu’on avait près de nous au moment de la nuit noire, dont une que j’ai probablement touché moi-même), mais au final une fois que les têtes émergent on réalise que c’est juste un acteur français assez connu (je saurais pas dire son nom, mais il doit avoir la cinquantaine, il a quasi plus de cheveux, et le peu qui reste est noir et bouclé en bordel). Seulement, on aurait été rassurés si c’était juste cet acteur français, sauf que y’a 5 exemplaires de lui qui se sont dressés en haut de la palissade et qui nous regardent avec le même air vide que les autres !

Déconcentré et paniqué par cette apparition, je regarde plus ce qui arrive dans le gauntlet, je sens un truc dur me toucher près des côtes, et je me réveille.

Avatar de l’utilisateur
Hamchon
Messages : 370
Enregistré le : 05 juil. 2016, 14:06
Localisation : Saujon

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Hamchon » 16 juil. 2016, 19:42

Hamchon :
Bon et bien, vu qu'on m'a fortement conseillé de raconter mes rêves ici, j'actualise le post !
Bon certes, ils ne sont pas aussi long que ceux de kirling mais bon ...

"On est dans une cours de cathédrale, et je suis avec 3 amis, on est jeune, on sort tout juste de l'académie, on vient d'avoir nos belles armures pour défendre notre chef : Dieu. Les armures me font sacrément penser aux chevaliers du zodiaque mais bon ! On veut prouver notre valeur car on nous prend pour des péons, et donc on va à la rencontre des chevaliers de satan !! On tombe justement sur quatre d'entre eux, et on se bat avec vigueur ! Sauf qu'on les défonce en un clin d'oeil, on est bien organisé Ils sont KO au sol, et on se moque d'eux tandis qu'ils retournent dans les enfers ! On est fiers de nous, on a repousser l'assaut ennemis! il n'y aura pas d'invasion aujourd'hui, et en plus, ils faisaient parti des commandants de satan ! On rentre à l'académie comme des champions ! Quand on rentre dans la cathédrale, on a une grande salle commune, pour les études, avec un plafond qui donne sur le ciel (comme harry potter ...) on voit des anges en train de réviser, il y en a pas mal, mais personne ne nous regarde, car en fait, ils en ont rien à faire de notre victoire ... Un peu dégoûté on traverse la cathédrale, et on sort par une porte, tout au fond, qui donne sur un grand balcon (exactement comme la corniche du fly lorsqu'on se pose à shattrah en draenor !). Et là ! on voit un portail de démon ! On se dit : merde, ils viennent se venger ! On sort les épées et on attend le pop de l'add !
Mais qui sort, satan lui même ! Là on est un peu con car on sait qu'on est des grosses merdes comparé à lui ... Mais avec bravoure on l'attaque quand même ! (un par un, comme dans final fantasy). Il pare chaque attaque, ou alors elles ne lui font rien, on commence à paniquer ... Satan nous regarde et là il commence à se foutre de notre gueule et nous dit " c'est ça les gardes de dieu ? il recrute des gros noob lui maintenant HAHAHA". Nous on a les larmes aux yeux, on se sens vraiment nul car on est pas très puissant à la base ... Mais là ! sur notre droite apparaît un portail bleu ! Et une main aussi grande que nous commence à la traverser ! C'est l'explosion de joie ! C'est Dieu qui est venu nous aider et botter le cul de satan ! La main commence a incanter un sort hypper puissant ! Mais alors qu'il choisit son sort, il arrête et une voix off nous dit : "dsl je suis sous CD". Et la main repart à travers le portail et nous laisse planté là. Grand silence. Satan se remet à se foutre de notre gueule et nous on se sens vraiment mal .... Fort de sa puissance, satan ne veux pas daigner se battre contre nous et dit qu'il va laisser à ses commandants le loisir de nous tuer. Nous on tilt : "hey mais ! c'est pas les quatres qu'on a écrasé tout à l'heure ?" On est plié de rire et c'est à notre tour de se moquer de satan, on lui dit que ses commandants sont des grosses merdes et qu'il est vraiment trop nul ! Satan l'a un peu au travers de la gorge, et décide de partir, car il a été battu. Super heureux et soulagés, on retourne dans la salle commune où les anges en ont encore rien à foutre de notre gueule ... "

Là mon chat me reveil en grattant à la porte :o

Avatar de l’utilisateur
Hamchon
Messages : 370
Enregistré le : 05 juil. 2016, 14:06
Localisation : Saujon

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Hamchon » 16 juil. 2016, 19:42

Ukbaya :

Idée intéressante me rappelant ce rêve idiot dans lequel je ne faisais qu'engloutir des Mars, Twix, et surtout les M&M's jusqu'à étouffer et passer à trépas... Etouffer, sous le regard hilare de mes ex successives. Au réveil, ma compagne du moment écoute et se met à rire aux éclats. Elle regrettait ce gâchis inconscient de M&M's qu'elle n'avait pas elle-même dégusté.

De là, et encore à ce jour, je parcours les rues de nos cités en criant et hurlant la menace qui pèsent sur nous les gars...

Sus à l'ennemi, mobilisons-nous, nos amies les femmes se font tourner en bourrique, rouler dans la farine par le cynisme mercantile des industries chocolatières.

Elles n'en peuvent plus, préfèrent un moment de saveur chocolaté, plaisir momentané, au bonheur de plus en plus inassouvi de caresses animales, de festivités inavouées, de soirées caliente... Leur papilles frétillent à l'introduction de ces petites boules, quel gachis pour nous mes amis...

Ah BAS les M&M's !!!!!!

Même Jésus ne pouvait pas en manger, ayant des trous dans les mains... Qu'en serait-il devenu de notre avenir à nous les hommes si nous n'avions comme autre choix que de trouer celles de nos compagnes...

Le M&M's est un ennemi sournois... Et posons-nous la question mes frères... Oui posons sur la table cette vérité qui n'éclaire pas ces furies en chaleur, dès qu'un M&M's pointe sa face... Pourquoi n'y a t-il pas de M&M's BLANCS ?????

La vérité est là, sous nos yeux. Parce qu'ils réduiraient les M&Ms noirs en esclavage, qu'ils voleraient les terres des M&Ms rouges, qu'ils chasseraient les M&Ms bleus jusqu'à l'extinction, qu'ils accuseraient les M&Ms jaunes d'entrave au commerce, qu'ils déclencheraient la panique en faisant croire que les M&Ms verts veulent envahir la terre, et qu'ils se plaindraient que les M&Ms marrons prennent tous leurs emplois.....

Nos femmes se damneraient pour eux et nous... mise à part des ébats torides, enduit de Nutella, autre ennemi cynique, n'avons que ce putain de 14 février pour espérer agrandir la famille...

Sus aux M&M's, viront les de nos étales, blow out toutes les boules de chocolat et retrouvons et suscitons les ardeurs interdites de nos compagnes, dont les fesses sont chaleureusement comprimées dans l'étreinte épaisse de fauteuils sournois, le sachet entre les cuisses et matant Plus Belle La Vie...

A mort les boules

Avatar de l’utilisateur
Hamchon
Messages : 370
Enregistré le : 05 juil. 2016, 14:06
Localisation : Saujon

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Hamchon » 16 juil. 2016, 19:43

Hamchon :
Il était une fois : la nuit dernière.

J'ai mon appartement dont je vous parle tant en ce moment, je suis vraiment contente ! D'ailleurs on est l'été ! Moi, kevin, ma soeur et un ami ont est là a profiter de ce beau temps !
D'ailleurs on se dit : et si on allait à l'océan ! Sauf que mon ami, à ce moment il s'appel Baptiste veut quelque chose de plus marrant, de plus festif !
Alors on décide d'allez à la piscine ... mais pas n'importe quoi ! On se rend donc dans une piscine discothèque Bar à ciel ouvert !
C'est la fête, tout le monde est venu fêter la fin des cours, on est tous dans cette piscine immense qui ressemble à un lac, chauffée, tous un verre à la main, pour moi la bière habituelle mon ami, qui est devenu un Philippe me parle de la vie, et du bonheur d'être là, ensemble, sous ce couché de soleil, tout en poésie !
Tout ça me fait penser que ma grand mère m'a parlé de chouquette la veille et soudainement, et tout à fait normalement pour nous, on a plein de choux à la crème qui popent, et ils étaient super bons !
Après on s'est dit que ça serait bien d'allez explorer un truc maintenant qu'on était grand ! on va donc naturellement explorer un temple sous terrain de l'espace, et à ce moment le rêve devient trouble pour moi, je me souviens juste qu'il y avait une entité qui s'amusait à vouloir nous tuer ...

Bref, j'ai fais un rêve.

Avatar de l’utilisateur
Kirling
Messages : 918
Enregistré le : 20 juin 2016, 19:22

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Kirling » 16 juil. 2016, 20:25

Hamchon mon héroïne, c'était le premier sujet que j'allais recopier du vieux forum ! <3

Avatar de l’utilisateur
Kirling
Messages : 918
Enregistré le : 20 juin 2016, 19:22

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Kirling » 04 août 2016, 19:32

[morceau manquant] ... je retrouve dans la rue ce sale connard, la cinquantaine, habillé comme un avocat. Il me voit, me sourit et me dit de venir le voir, ce qui m'étonne un peu vu qu'apparemment c'est un con (je me souviens plus pourquoi, morceau manquant avant). Bref je vais vers lui, et il me met un bras au dessus des épaules style t'es mon pote, puis sort un putain de couteau et me vole mon portemonnaie et mon fric. Il se tire à toute vitesse en direction d'un immeuble surveillé par un garde, et je me dis t'es cuis, le garde te laissera pas rentrer surtout qu'il t'a vu faire.

Sauf que le mec lui ouvre la porte en tapant le code dans une machine au mur, du coup je speede pour le rattraper et je me retrouve à défoncer le garde et entrer juste avant que la porte se referme. A peine le temps de reprendre ma respiration, je vois le connard et 2 gardes qui me jettent un regard genre "c'est toi Batman?" et je leur saute dessus, déterminé à récupérer mon fric. On est dans un très long couloir sans fenêtres rien qui bifurque à gauche après une vingtaine de mètres. Soudainement, tout s'éteint, plus de lumière, et rien d'autre que des sons de mecs à moitié au sol qui savent pas s'ils doivent continuer de se battre ou se mettre à flipper.

On fait vite notre choix quand une faible lueur verte apparaît au dessus de ce qui ressemble à d'énormes monstres gélatineux dégueulasses avec une morphologie vaguement humaine. De mon souvenir, y'en avait au moins 3, et à ce moment là le bordel commence, on est que 3 mais on se marche dessus comme des fans de Patrick Bruel en concert après qu'il ait lancé du napalm sur la foule. La terreur s'installe mais les monstres font aucun bruit, c'est juste notre cacophonie de flippe et le bruit de gens qui se marchent dessus qui remplit le couloir.

Au bout d'un moment qui dure comme une éternité, j'arrive au point où le couloir bifurque, j'arrive à me détacher des 3 gus, et je vois un des monstres saisir un des gardes et le ramener vers lui, alors que les 2 autres me rejoignent et qu'on se retrouve tétanisés à regarder le spectacle au lieu de se barrer comme n'importe qui ferait. A ce moment, la lueur s'éteint, on voit plus rien, et toutes les lumières se rallument quelques secondes après, les monstres et le garde ont disparu d'un coup et c'est là qu'on remarque que le côté droit du couloir, jusqu'à nous, est couvert d'une gélatine immonde qui ressemble vaguement à la peau des monstres et qui semble se déplacer le long du mur, dans notre direction. On entre en panique dans une espèce de cave dont l'entrée était à côté de nous, on s'y enferme et on se pose au sol sans trop savoir quoi faire.

Quelques minutes plus tard, le trou du cul qui m'a piqué mon fric s'approche de moi tout penaud et s'excuse pour le pognon. Il me propose pour se faire pardonner un de ces pseudos ordinateurs pour enfants, vous savez ces trucs ou il fallait glisser des feuilles dedans, "charger" le programme pour commencer à jouer à des jeux de mémoires ou autre. Il a l'air de penser que c'est un alienware son truc, et m'explique que les créatures ont pris son, ou plutôt mon pognon dans le chaos toute à l'heure.

Avatar de l’utilisateur
Hamchon
Messages : 370
Enregistré le : 05 juil. 2016, 14:06
Localisation : Saujon

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Hamchon » 21 oct. 2016, 19:07

Aujourd'hui, j'ai fais un rêve juste horrible o.o

"C'est une nouvelle extension, tout du moins, c'est aussi un nouveau jeu, où on est immergé dedans et on est les personnages. C'est assez joli, c'est un peu l'effervescence, y a une bonne ambiance :) L'endroit est un peu japonisant, je rigole même avec ma soeur en disant que j'ai l'impression de regarder mulan ^^
Toute la guilde s'est réunit dans une maison en étage, la soirée est tombée et tous les joueurs sont rentré dans des chambres, ça fait très internat, au milieu de l'été les fêtes battent leur pleins dans les appartements, les gens dansent sur les balcons, bref on s'amuse bien ^^

Mais là, y a un truc qui se passe, une sorte de musique angoissante, oppressante, arrive, mais en fond, un peu comme si on l'entendait, mais sans savoir d'où elle vient, comme un bourdonnement en arrière. Les ombres sont plus denses, il fait soudainement lourd comme la veille d'un gros orage.
En général, les gens ne s'en rendent pas totalement compte. ça continue a faire la fête même si certains jettent un oeil derrière leur épaule, stressé.
Mais là, y en a certains, je le sais, se font lentement aspirer leur âme, dans la souffrance et l'angoisse, ailleurs, des sortes de bestioles pop par ci par là, machin venimeux qu'il ne faut pas s'approcher, dans un coin du placard, une ombre horriblement sombre et dense se met a chuchoter. Et pourtant, ses morts vous glace le sang, elles martèlent votre esprit de sa puissance démoniaque, je parviens pas a bien discerner les mots exacts, j'ai l'impression qu'il parle anglais je ne comprend pas tout, et pourtant je sais ce que ça chuchote : que dans les ténèbres il va revenir, suivit de promesses de peurs et de souffrances inimaginables. La voix me terrifie, j'ai vraiment la boule au ventre.

Et soudain, tout s'arrête, plus de pression, plus de ténèbres, la chose est parti. Reste juste le son d'une pièce, qu'on entend descendre dans un mécanisme, longuement, et tchac : la pièce s'arrête à sa destination dans un bruit sec.

La soirée continue, mais régulièrement, les ténèbres reviennent, les gens remarquent de plus en plus, l'angoisse saisie tout le monde, des personnes meurent, on craint que ça sois notre tour à chaque retour des ténèbres. Et a chaque fois, la voix qui parle, et je ne comprend pas ce qu'elle dit exactement... Et a chaque fois, le bruit d'une pièce.
Je vais allez chercher kiki car lui il comprendra ! Il parle bien anglais ! Quand il arrive, les ténèbres reviennent, cette fois, tous les membres de la guilde sont tournés vers ce coin de placard où les ténèbres viennent habituellement, on est tous terrifiés, on ne dit pas un mot.
La musique, l’oppressante ambiance sont là, mais pas la voix. Elle est là, elle nous observe, l'un de nous, est le prochain. Un tiroir s'ouvre brusquement, mais rien n'en sort. De sous le lit, deux seringues roulent vers nous avant de s’immobiliser. On sens le souffle de la mort sur nos cous, la peur est juste terrible...Dans le placard, on voit une pièce descendre le long de son mécanisme, a chaque mort, une pièce tombe, et libère petit à petit la bête....

Mon réveille sonne enfin et bon sang de merde je dois vous dire que j'ai eu beaucoup de mal à me sortir du lit !!!!

Avatar de l’utilisateur
Nini
Messages : 708
Enregistré le : 05 juil. 2016, 09:14

Re: Vos rêves à la con

Messagepar Nini » 21 oct. 2016, 19:13

.............................................................................................ça fait grave flipper ton truc
" j'ai tout sacrifié!! et vous ? !"


Retourner vers « L'Olivette »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité